L’univers du Théâtre est fascinant n’est-il pas?

D’autant plus qu’il possède ces propres termes techniques. Nous vous en avons fait une petite sélection afin de se remettre à niveau et de mieux comprendre le milieu théâtrale. C’est parti, faisons marcher la mémoire!

-Pièce et texte théâtrale:

Acte (n. m.) : partie de la pièce qui marque les éléments importants de l’action. Une pièce classique est composée de trois ou cinq actes divisés en scènes.

Scène (n. f.) : division d’un acte entre l’entrée et la sortie d’un personnage.

Antonomase (n. f.) : se dit lorsqu’on utilise le nom d’un personnage comme un nom commun pour désigner un personnage de même caractère. Les personnages de Molière ont donné lieu à de nombreuses antonomases, par exemple, on parle d’un Harpagon pour désigner quelqu’un d’avare ou d’un Scapin pour désigner quelqu’un de fourbe.

Dialogue (n. m.) : échange entre deux personnages d’une pièce de théâtre.

Réplique (n. f.) : texte prononcé sans être interrompu par un même personnage au cours d’un dialogue.

Tirade (n. f.) : longue suite de phrases prononcées par un même personnage sans interruption.

Monologue (n. m.) : scène où un personnage est seul sur scène et où il se parle à lui-même (le véritable destinataire est en réalité le public), souvent pour annoncer un projet ou pour exprimer des idées ou des sentiments.

Didascalie (n. f.) : indication scénique donnée par l’auteur pour guider le jeu du comédien. Souvent écrite en italique, elle peut préciser les gestes, les déplacements, les mimiques ou le ton du personnage.

Aparté (n. m.) : paroles que le personnage dit à l’intention du public et que les autres personnages sur scène ne doivent pas entendre.

Quiproquo (n. m.) : situation où un personnage commet une erreur en prenant une personne ou une chose pour une autre. C’est un ressort récurrent de la comédie.

Soliloque (n. m.) : discours qu’un personnage seul sur scène se tient à lui-même.

Stichomythie (n. f.) : enchaînement de répliques très courtes de manière très rapide pour donner du dynamisme et de l’intensité à une scène. Elle marque souvent le conflit.

Dramaturge (n. m.) : auteur de pièces de théâtre.

Mise en scène (n. f.) : art de faire représenter une pièce de théâtre par des comédiens, de les guider dans leur jeu et de décider de tout ce qui les entoure : décors, costumes, etc.

Péripétie (n. f.) : événement inattendu qui modifie et fait évoluer l’intrigue dramatique. Les procédés

Canevas (n. m.) : éléments principaux d’une intrigue que le comédien doit connaître et autour desquels il improvise pour jouer une pièce de théâtre. Les canevas étaient très utilisés par les comédiens de la commedia dell’arte.

Castigat ridendo mores (loc. lat.) : formule de Santeul, signifiant « la comédie corrige les mœurs », que Molière utilise pour élever la comédie au rang de la tragédie en lui donnant une valeur morale. Les spectateurs rigolent bien mais ressortent de la pièce avec un message moralisateur profond.

Coup de théâtre (n. m.) : rebondissement inattendu de l’intrigue qui permet souvent de la faire avancer voire de la dénouer.

Mimésis (n. f.) : représentation fictive d’une chose réelle.

Mise en abyme (n. f.) : au théâtre il s’agit d’une pièce ou d’une scène qui représenterait elle-même une pièce de théâtre. On parle aussi de « théâtre dans le théâtre » quand le motif de la scène ou de l’acte est lui même le jeu théâtral.

Source: http://www.bordas-interactif.fr/videos/avare/avare-lexique-theatre.pdf

-Le vocabulaire de la scène:

Schéma d'une scène de théâtre

Avant-scène : c’est la partie de la scène comprise entre la rampe et le rideau.

Cadre de scène : C’est l’ensemble de l’espace consacré au spectacle, soit le plateau plus les coulisses, le grill, les cintres, les dessous et les espaces de régie.

Cour / Côté Jardin : le côté cour est le côté droit de la scène telle qu’elle est vue par le public. Le côté jardin est le côté gauche. L’astuce permettant de s’en rappeler consiste à associer les initiales de Jésus-Christ (J.C.) au dessin de la scène : J à gauche et C à droite.

Coulisses : C’est l’envers du décor, c’est à dire l’espace situé derrière les pendrillons et le mur du fond.

Face : C’est le devant du plateau, la partie la plus proche du public, opposé au lointain. Le plateau étant autrefois en pente, descendre, c’est se déplacer du lointain à la face et monter de la face au lointain.

Lointain : Matérialisé par le mur du fond, le lointain est l’endroit le plus éloigné de la scène, opposé à la face.

Manteau d’Arlequin : c’est la partie de la scène qui commence au rideau et se termine au premier plan des coulisses. Elle est généralement décorée d’une draperie de couleur rouge. Il est possible d’élargir ou de rétrécir à volonté cet encadrement de scène. C’est pourquoi on appelle aussi le manteau d’Arlequin, le cadre mobile.

Mur du fond : (ou mur de scène) C’est le mur qui clôt l’espace scénique face au public, dans le lointain.

Pendrillons : petits rideaux placés sur les côtés de la scène.

Plateau : le plateau désigne un espace plus important que la scène puisqu’il comprend aussi les coulisses et les dessous.

Scène : c’est la partie du théâtre où se passe l’action. On utilise quelquefois le terme « proscenium » comme un synonime de scène.

Rampe : c’est la galerie lumineuse qui borde la scène d’un bout à l’autre. On parle parfois de « feux de la rampe » pour désigner les lumières.

L’expression passer sous les feux de la rampe signifie être sur la scène ; le mot « feux » fait redondance ajouté à « rampe ». Son équivalent plus récent est sous les feux des projecteurs.

Source: http://www.theatrons.com/aspects-techniques.php

La leçon est sue? Alors faites le test maintenant: TEST!